Les publications se partageaient en masse sur la plateforme, qui contenait un nombre considérable de Tunisiens. Au Maroc, trois personnes tentent de s'immoler à la suite des événements de Tunisie[142]. Choukri Hmed, "'Le peuple veut la chute du régime'. À Bizerte, on assiste à des scènes de saccage de certains commerces. Quel est le synonyme de : A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z Les affrontements se poursuivent dans le triangle Thala-Kasserine-Regueb : des marches funèbres à la mémoire des morts des jours précédents dégénèrent en nouveaux affrontements avec la police ; un nouveau bilan établi par un responsable syndical fait état d'au moins cinquante morts et le personnel de l'hôpital de Kasserine proteste officiellement « contre le nombre élevé de victimes et la gravité des blessures »[47]. Le Premier ministre Mohamed Ghannouchi annonce le limogeage du ministre de l'Intérieur Rafik Belhaj Kacem ainsi que la libération de toutes les personnes arrêtées depuis le début du conflit dans l'optique d'apaiser la révolte. De nombreux opposants et médias ont parlé de « révolution de jasmin »[281]. La position officielle de la France avant le départ de Ben Ali se résume à ces deux éléments. Dans cette dernière, les manifestants incendient le siège de la délégation et assiègent le poste de la garde nationale[29]. Néjib Chebbi annonce également la réforme des conseils régionaux de développement — où doivent désormais siéger des composantes de la société civile aux côtés de l'administration — ainsi qu'un mouvement dans le corps des Gouverneurs — dont certains sont accusés de corruption et de répression — afin de mettre des gens compétents dans le domaine du développement régional à la tête des régions du centre. Pendant six semaines, la tension et les affrontements se prolongent, avec notamment des manifestations qui prennent pour cible le gouvernement Ghannouchi, qui refuse les revendications des manifestants et de différents organismes issus de la révolution, dont la principale est la convocation d’une assemblée constituante, à quoi s’ajoutent selon les tendances la démission du Premier ministre Ghannouchi, la dissolution définitive du Parlement et des commissions d’enquête post-révolutionnaires, une forte épuration judiciaire des bénalistes, la demande d’extradition de Ben Ali pour haute trahison. Le 3 janvier 2011, des manifestations contre le chômage et la hausse du coût de la vie dégénèrent à Thala : deux cent cinquante personnes, pour la plupart des étudiants, défilent en soutien aux manifestants de Sidi Bouzid mais sont dispersées par la police. Cette désignation et la constitution d'un nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre sortant Mohamed Ghannouchi ne mettent pas fin à la crise ; le contrôle de huit ministères par le parti de Ben Ali, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), est contesté par l'opposition et des manifestations. M. Alghabra a dirigé pendant deux ans, soit en 2004 et 2005, la Fédération canado-arabe (FAC) en tant que bénévole. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Search the world's information, including webpages, images, videos and more. dans lequel la France déclare que la priorité est à l'appel au calme et que les émeutes de Sidi Bouzid ne sont dans l'intérêt de personne. À la suite de négociations sous la houlette de Mohamed Ghannouchi avec certains partis d'opposition « légale », le pouvoir intérimaire annonce au soir du 16 janvier 2011 la constitution d'un gouvernement provisoire dont seraient exclues les figures importantes du régime Ben Ali[73]. Traduzir se censurer em contexto, com exemplos de utilização. Le 8 février, le ministère de la Défense annonce, sans l’expliquer, qu'il rappelle les réservistes, alors que les rumeurs de complot contre-révolutionnaire courent toujours et que les manifestations continuent, envahissant parfois le siège d'un gouvernorat[188]. censé - traduction français-anglais. D’autres cyber-activistes, surtout à l’intérieur du pays, ont utilisé d’autres formes un peu moins structurées de e-militantisme, mais toujours aussi efficaces et ciblées. Isabelle Mandraud, « En Tunisie, le report des élections ne bride pas l’élan démocratique ». D'autres immolations par le feu ont lieu dans d'autres pays d'Afrique à la suite du geste de Mohamed Bouazizi et sont interprétées par les médias comme la volonté des peuples des pays concernés à imiter l'exemple tunisien et à renverser le régime en place. Le 22 janvier 2011, les manifestations appelant à un nouveau gouvernement débarrassé des caciques de l'ancien régime se poursuivent tandis que s'y additionnent des revendications sociales et sectorielles : des employés de mairie réclament une amélioration de leurs conditions de travail, des employés de ménage dans les entreprises réclament des augmentations de salaires (...) En outre, de nombreux policiers en civil ou en uniforme défilent à Tunis et en province, se présentant comme des « Tunisiens comme les autres », pour réclamer la création d'un syndicat de police, dénonçant leurs conditions de travail et leur salaire. Ce départ se fait dans l'espoir d'un retour rapide que devait susciter le chaos orchestré par les services de l'intérieur et la police présidentielle, dans un plan imaginé par le général Ali Seriati, chef du renseignement et patron de la garde présidentielle, Abdelwahab Abdallah, proche conseiller de Ben Ali et dont l'épouse préside la Banque de Tunisie, ainsi que par Abdelaziz Ben Dhia, directeur de cabinet du président[63]. Le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), ancien parti au pouvoir, déjà dissous le 9 mars par le tribunal de première instance de Tunis (avec liquidation de tous ses biens et fonds par le biais du ministère des Finances), est définitivement abattu le 11 avril. Environ 5 000 personnes assistent à son enterrement[25]. Aux alentours de 18 heures, le Premier ministre, Mohamed Ghannouchi, annonce qu'il entend assurer la présidence par intérim au nom de l'article 56 de la constitution[68]. Quelques jours plus tard, Michèle Alliot-Marie soutient devant l'Assemblée nationale que la France est prête à coopérer avec le gouvernement tunisien et à lui fournir son « savoir-faire »[239] en matière de contrôle des émeutes[240]. Dès le 18 janvier, ce dernier avait qualifié le gouvernement provisoire d'« aventure illusoire et sans issue où ont été entraînés quelques naïfs », dénonçant la concentration des postes importants dans les mains de proches de Ben Ali[106]. Le 27 janvier 2011 en soirée, après trois jours de négociations et de tractations difficiles, Mohamed Ghannouchi cède en partie à la pression populaire présente un nouveau gouvernement expurgé des caciques de l'ancien régime. La révolution tunisienne déclenche un mouvement révolutionnaire qui a lui aussi des répercussions en Tunisie : la plus visible est l'installation de plus de 250 000 réfugiés fuyant la Libye dans le sud tunisien[71], dont 50 000 Tunisiens qui pèseront sur les chiffres de l’emploi[220]. Choukri Hmed, "Répression d'État et situation révolutionnaire en Tunisie (2010-2011)". C'est la fin d'une des institutions de l'ancien régime[187]. 344 Shares Facebook Twitter LinkedIn More Choqué, cet enseignant d’un collège lyonnais, accusé d’islamophobie par un père, a préféré partir de l’établissement. Dès le lendemain, il limoge quarante-deux hauts responsables dont trente hauts gradés de la police considérés comme des piliers de « l'ère Ben Ali »[176],[177]. Le ministère de la Santé tunisien publie un bilan détaillé des victimes de la révolution, alors que les chiffres gouvernementaux restaient à 78 morts depuis le 22 janvier, et que l'ONU dénombrait 300 victimes[183]. Pour les journaux Le Canard enchaîné et Le Monde, l'absence de réaction officielle en Europe est la conséquence du « soutien sans faille des gouvernements italien, espagnol et français » au « régime tunisien »[235],[236]. 29 membres des forces de l'ordre public sont également décédés. Cette décision a abouti à un affaiblissement général des services régaliens de l'État qui n'est plus en mesure ni d'assurer le maintien de l'ordre ni de pouvoir lutter efficacement contre le terrorisme islamiste, qui s'est désormais installé de façon durable[233]. Ces comités prennent des décisions au niveau local[22]. Florence Beaugé, « Orange Tunisie passe sous la tutelle de l'État tunisien », Interview de Yassine Brahim par Julien Clémençot, «. Il demande la convocation d’une assemblée constituante et la dissolution de toutes les institutions héritées de l’ère de Ben Ali, à savoir le Parlement, le RCD, la police politique ». Voici quelques traductions. Utilisateurs de mobiles : signalez un éventuel problème . Selon lui, le Huffpost Arabi défend «l'esprit qui a émergé sur la place Tahrir», où le Printemps arabe a débuté en 2011. Le porte-parole du gouvernement doit présenter la nouvelle équipe le 27, après avoir plusieurs fois reporté le moment de cette annonce. Censurer (Anglais to Arabe Traduction). Depuis le début du mois de février, des milliers de Tunisiens fuient vers l'île de Lampedusa (en Italie) et l'Union européenne, faisant craindre dans un premier temps une « marée humaine » sur l’Europe[190]. Deux jours auparavant, Naïma Ben Ali, sœur aînée de l'ancien président, qui avait déjà des problèmes de santé, avait succombé à une crise cardiaque à Sousse[121]. Les dirigeants des pays arabes voisins regardent la révolution tunisienne avec méfiance, la peur d'une « contagion » est réelle[222]. « Tunisie : le président et le PM quittent le RCD ». Le même jour, en Tunisie, une enquête judiciaire visant nommément Zine el-Abidine Ben Ali, son épouse Leïla Ben Ali, leur proches ainsi que de « toute personne dont l'enquête prouvera l'implication dans ces crimes » est ouverte. Il explique lors d'une conférence de presse, les raisons qui l'ont poussé a agir sans ordres de quiconque en capturant la famille de Ben Ali qui s’apprêtait à quitter la Tunisie en la laissant à feu et à sang. Les vidéos des contestations, et des citoyens en train de se faire violenter par les forces de l’ordre. Sur le blog, les dénonciations et les revendications étaient rédigées en textes libres, et parfois en articles. Plus tard dans la journée, les rangs des manifestants grossissent à nouveau jusqu'à plusieurs milliers de personnes sur l'esplanade de la Kasbah à proximité des bureaux du Premier ministre Mohamed Ghannouchi, persévérant dans leur exigence de voir le gouvernement de transition démissionner. La démission du Premier ministre est suivie de celles de cinq de ses ministres : Le 7 mars 2011, le ministre de l'Intérieur annonce la dissolution de la sûreté de l'État et de la police politique : cette mesure est saluée comme l’acquis le plus important de la révolution[205]. Au seuil d'une semaine que de nombreux observateurs décrivent comme cruciale pour le gouvernement provisoire, celle-ci semble assez largement suivie tant en province que dans la capitale[147]. Les slogans sont devenus clairement politiques. Le 10 janvier, un jeune diplômé de Sidi Bouzid met fin à ses jours, portant à cinq le nombre de suicides depuis celui de Mohamed Bouazizi. Les manifestations continuent et le mouvement se renforce progressivement des différentes composantes de la société tunisienne. Le mouvement Ettajdid parle de se retirer lui aussi si les membres du RCD encore présents au gouvernement ne le font pas et le FDTL annonce « suspendre sa participation ». censurer - Traduction Français-Arabe : Retrouvez la traduction de censurer, mais également la conjugaison de censurer, des exemples avec le mot censurer... - Dictionnaire, définitions, traduction, section_expression, conjugaison. D'après un article du journal Le Monde daté du 17 janvier, de « nombreux jeunes » Tunisiens parleraient de « Révolution Facebook », en lien avec le rôle joué par internet dans l'organisation des manifestations[289]. Celle de Human Rights Watch,était accessible mais sans sa rubrique sur la Tunisie qui, elle, restait introuvable. Cette vigilance allait être épargnée en s’approchant de la révolution. En France, où réside une forte diaspora tunisienne, des manifestations de soutien ont été organisées dans plusieurs villes, dont Paris[248], Toulouse[249], Lyon[250], Nantes[251], Marseille, Nice, Bordeaux[252] et Strasbourg[253],[254]. Néanmoins le FDLT et l'UGTT, à travers Khalil Zaouia, dénoncent une politique du fait accompli, la présence de personnalité comme Moncer Rouissi, « éminence grise » de Ben Ali, aux Affaires sociales ou encore de Zouheir M'dhaffer, la « plume » de l'ancien président et auteur de la réécriture « sur mesure » de la Constitution, nommé responsable du développement administratif[109]. Un oubli important ? Parmi les douze nouveaux ministres, pour la plupart des technocrates choisis pour leurs compétences, on compte essentiellement des universitaires de haut niveau, dont l'économiste Elyès Jouini, jusque-là vice-président du conseil scientifique à l'université de Paris-Dauphine et Habiba Zéhi Ben Romdhane, professeur de médecine, cofondatrice de la section tunisienne d'Amnesty International ainsi que plusieurs chefs d'entreprise[174]. Conjugação verbo francês se censurer: futuro, particípio, presente, indicativo, subjuntivo. Mais en Syrie aussi, la protestation enfle (voir Révolte syrienne de 2011). Maintenant, l’information est disponible en masse sur les réseaux sociaux et que le contrôle de la toile a commencé à s’échapper des mains des autorités publiques, le e-militantisme allait jouer son deuxième rôle. Face à cette censure et au manque de couverture par les médias nationaux, la lutte se fait également sur Internet. La foule scandant "Dégage" devant le ministère de l'intérieur, le 14 janvier 2011. Certains manifestants s'en prennent en outre aux vitres du ministère des finances et, pour la seconde fois depuis le 14 janvier, les forces de l'ordre jusque-là circonspecte avec les protestataires font usage de gaz lacrymogène pour tenter de les disperser[148]. Le Conseil de protection de la révolution, où des personnalités révolutionnaires, des associations (Ligue tunisienne des droits de l'homme, Association tunisienne des femmes démocrates, ordre des avocats), l'UGTT et douze partis sont représentés avait une forte légitimité issue de la révolution et pouvait la concurrencer, voire créer une crise politique. Les protestataires de ce dernier foyer de résistance dans la capitale — essentiellement des protestataires montés de la province — sont finalement dispersés par les forces de l'ordre usant de gaz lacrymogènes, dans une intervention occasionnant plusieurs blessés et des arrestations[178]. Elles débutent le 17 décembre 2010, après l'immolation par le feu d'un jeune vendeur ambulant de fruits et légumes à Sidi Bouzid, Mohamed Bouazizi, dont la marchandise avait été confisquée par les autorités[10]. La dernière modification de cette page a été faite le 31 janvier 2021 à 06:50. En Allemagne, une manifestation de Tunisiens est organisée à Berlin. Des militaires dégagent le campement de fortune installé depuis six jours devant le palais Dar El Bey. Le 14 janvier 2011 à 15 h 15 GMT, le président Ben Ali annonce le limogeage du gouvernement et des élections législatives anticipées dans les six mois, puis à 16 heures GMT, décrète l'état d'urgence et le couvre-feu[60],[30]. Des manifestations spontanées et des affrontements éclatent le 17 janvier à la mi-journée à Tunis et dans d'autres villes comme Sidi Bouzid et Regueb, avant la proclamation dudit gouvernement pour protester contre sa composition jugée « trop RCD » et pour la dissolution du parti présidentiel[103]. Le lendemain l'Union européenne annonce qu'elle entend également prendre de telles dispositions de blocage, au terme d'un processus qui doit être avalisé le 31 janvier 2011 par les ambassadeurs européens représentant leur pays auprès de l’Union ou par les ministres des Affaires étrangères. Definición y traducción en contexto de se censurer. Le 6 janvier, trois blogueurs « cyberdissidents » sont arrêtés par la police[28]. Catherine Simon, « Tunisie : oser la liberté », « Tunisie. À Sousse[166] et à Gafsa, l'armée doit s'interposer entre des groupes divergents s'opposant devant les sièges locaux de l'UGTT[163]. La lenteur de la réactivité de l'Union en la circonstance à travers la Haute représentante aux Affaires étrangères, Catherine Ashton, fait l'objet de critiques[119]. Cherchez des exemples de traductions censurer dans des phrases, écoutez à la prononciation et apprenez la grammaire. Tarik El mekki publiait régulièrement du contenu YouTube afin de dénoncer ouvertement des crimes et des complots du régime de Ben Ali et sa belle famille ainsi que d’autres noms de fonctionnaires du haut de la hiérarchie de l’Etat. Alors que la Constitution française garantit la pluralité des opinions pour les citoyens (), le fondement de l'interdiction est « le risque de trouble à l'ordre public ».. En France, les contentieux sont portés devant les juridictions pénales, civiles ou administratives, lorsque les parties sont représentées en France. Elle le maîtrise à la perfection, avec toutefois un très léger accent ; sa manière de forcer les « S » a quelque chose d’attendrissant. Interprétation Traduction Les jeunes Tunisiens puis Égyptiens ont repris les méthodes de la révolution du 5 octobre 2000 en Serbie développées par le mouvement Otpor[286]. Tandis que les des centaines de manifestants campent toujours sous les fenêtres du Premier ministre, sur l'esplanade de la Kasbah et se préparent à y passer une troisième nuit, les autorités allègent le couvre-feu désormais en vigueur de 22 heures à 4 heures du matin[168]. Cependant, dès le soir du 14 janvier et les jours suivants, des bandes de fidèles du régime benaliste, armés et utilisant des 4x4, parcourent les rues de Tunis puis des autres villes de Tunisie, afin de semer la terreur et le désordre[70],[71]. « Un nouvel administrateur à la Banque de Tunisie », Habib Belaïd, nommé PDG de la Radio Tunisienne, Tunisie : la grève des instituteurs est « suivie à 90-100 % », Farhat Rajhi, ministre de l’Intérieur dévoile une dangereuse situation de défaillance sécuritaire dans le pays, Violences en Tunisie : l'ombre de Ben Ali plane encore, article et reportage vidéo de Pauline Simonet en ligne, Tunisie : 74 détenus morts pendant le soulèvement (ministre), « Tunisie : le Parlement de Ben Ali s'est sabordé », « Tunisie : le Parlement donne les pleins pouvoirs au président », Rally held in Tunisia 1 month after revolution, Les manifestants tunisiens maintiennent la pression, Des voix s’élèvent contre un conseil national de protection de la révolution, Tunisie : démission du ministre de l'Industrie et de la technologie, Un nouveau gouvernement provisoire en Tunisie, Autoroute Tunis-Sousse rouverte : fin du sit-in près de l’Enfidha, Tunisie : les forces de l’ordre continuent de torturer, 800 prisonniers s’évadent des pénitenciers de Kasserine et Gafsa, Exportations : l'industrie tunisienne rebondit, L'idée d'un plan Marshall pour la Tunisie n'est pas abandonnée, Tunisie : le procès historique de Ben Ali, sans accusé ni plaidoirie des avocats, http://www.romandie.com/ats/news/110118123206.6pdnj01i.asp, Les Tunisiens ont enfin pris leur information en main, Tunisie : communiqué pitoyable de la France sur la Révolution, http://www.almanar.com.lb/newssite/NewsDetails.aspx?id=170350&language=fr, http://www.presseocean.fr/actu/actu_detail_-Manifestation-pour-la-Tunisie-a-16-h-aujourd-hui-a-Nantes_9182-1656133_actu.Htm, Les Tunisiens de Québec savourent la liberté, Les Tunisiens de Montréal descendent dans la rue, http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/top-news/20110115.AFP9830/en-direct-les-evenements-en-tunisie.html, Moody's abaissa la notation souveraine de la Tunisie, Négociations entre le Front populaire et le Néo-Destour, Projet d'union entre la Tunisie et la Libye, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Révolution_tunisienne&oldid=179410038, Page géolocalisable sans coordonnées paramétrées, Article contenant un appel à traduction en anglais, Page utilisant plus de deux colonnes de références, Catégorie Commons avec lien local différent sur Wikidata, Identifiant Allociné titre absent de Wikidata, Portail:Époque contemporaine/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Aussitôt, la révolte reprend plus violemment et s'étend aux villes voisines de Meknassy et Menzel Bouzaiane. Ces aides doivent toucher prioritairement les familles des victimes de la révolution, les artisans et commerçants qui ont subi des dégâts et s'étendre aux agriculteurs victimes des conditions climatiques. Vous me direz, c’est pas grand-chose, en 2013 il a roulé une pelle à une ado de 14 ans et lui a demandé des photo, mais quand on critique les autres mieux vaut être irréprochable. Ayant pressenti le danger de cet acte et ce qu'il pourrait engendrer, ce jour même, le président accueille la mère de Bouazizi au palais présidentiel lui promettant 20 000 dinars (7 000 euros) et même un travail pour la sœur de Mohamed, diplômée niveau bac +3 mais toujours au chômage (le cas de la majorité des diplômés). Pour lui « l'intifada de Sidi Bouzid » s'inscrit dans un large mouvement de révoltes commencé à Gafsa en 2008[16], qui s'est poursuivi à Ben Gardane en août 2010 et qui n'a jamais été résolu. Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre sont de plus en plus meurtriers : les 8 et 9 janvier, quatorze civils sont tués par balle à Thala, Kasserine et Regueb selon le gouvernement, vingt selon l'opposition, au moins vingt-trois selon le journal Le Monde[46].