Le Roi dure 2h20. Et sa création à l’image de son destin : provocatrice, convulsive, viscérale. On sait le passé à la fois douloureux, tumultueux et semi-mondain de la réalisatrice, la manière délibérée dont il informe sa création, la façon dont il brouille quelque peu une appréhension sereine de ses films. On ne compte pas les chefs-d’œuvre qu’a inspirés, à des cinéastes aussi immenses qu’Ingmar Bergman, John Cassavetes ou Maurice Pialat, cet inépuisable matériau qu’est l’intimité du couple. Enfant maltraitée, aînée d’une fratrie à l’abandon, mannequin, actrice de théâtre et de cinéma, ex-femme de Luc Besson, mère à dix-sept ans, auteure d’un spectacle de café-théâtre autobiographique hautement explosif, réalisatrice à succès : la vie de cette proche quadragénaire est un véritable maelstrom. Si la caméra, en abolissant la distance avec les personnages, leur donne immédiatement une existence très forte, cette manière de faire empêche le film de prendre du champ et de toucher un tant soit peu à l’universel. Un film à découvrir ce soir sur Arte à … Christine Lagarde juge « inenvisageable » l’annulation de la dette Covid-19, Les partenariats entre Bpifrance et Amazon montrés du doigt, La pandémie de Covid-19 relance le débat sur la taxation des plus riches, « La réglementation de la durée du travail salarié est incompatible avec la nature des activités des plates-formes », Comment le confinement permet d’éviter des milliers de morts. Critique du film, Mon Roi, le quatrième long métrage de Maïwenn, présenté en compétition sur la Croisette, avec Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot dans une histoire d'amour toxique Pour adhérer au récit de Maïwenn, mieux vaut être sensible au charme de ce mâle dominant qui se décrit, dès la première nuit qu’ils passent ensemble, comme « le roi des connards », car cette formule résume assez justement le comportement qu’il va avoir à l’égard de sa nouvelle compagne. La première séquence voit Emmanuelle Bercot se lancer comme un bolide sur une piste de ski, droit vers l’accident qui va lui exploser les ligaments du genou et la conduire à une longue rééducation où reviendront à sa mémoire les souvenirs de son histoire d’amour. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents. Après son très réussi Polisse, la réalisatrice revenait avec MON ROI, en compétition officielle.Au programme, Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot le temps d’une histoire d’amour ravageuse, hystérique par … Ce récit, nous l'avons ressassé des centaines de fois, dans les comédies romantiques à l'eau de rose comme dans toutes les grosses productions du monde entier. Ancien maire de Bègles/ 1989-2017 et député écologiste/1997-2017. Il faut, hélas, constater la pauvreté de celle qui transforme Mon roi en une véritable scie dramaturgique, consistant à empiler, en plans serrés et champs-contre-champs, deux heures durant, les moments de pétage de plomb et de rabibochage sexuel. On se prend alors vite au jeu et on prie pour que Tony résiste et ne donne pas une « nouvelle dernière chance » à son irrésistible bourreau. « Les crimes du colonialisme et de la guerre d’Algérie doivent être reconnus, non par “repentance” mais par souci de vérité », « Galvauder la notion de désobéissance civile, c’est l’exposer à toutes les récupérations », « Les relations commerciales entre l’Allemagne et le Royaume-Uni pâtissent de l’impact du Brexit », Mario Draghi, le pari politique de l’Italie, George Smiley, le « mentor secret » de John le Carré, « Wara », sur TV5 Monde : une saga politique sur fond de mélodrame, Jean-Louis Aubert : « Je voulais faire de la musique pour déranger les adultes », Y a-t-il une ministre dans l’avion : c’est peut-être un détail pour vous…, McKinsey, un cabinet dans les pas d’Emmanuel Macron, S’aimer comme on se quitte : « Il mettait des paillettes dans ma vie, c’était ma seule perspective positive », Le chou-fleur rôti : la recette de Lelio Stettin et Tania Grawitz. Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies lors de votre navigation sur notre site, notamment des cookies de publicité personnalisée. On reconnaît là le style nerveux, efficace, qui a fait le succès de Polisse. La suite est réservée aux abonnés. C’est le cas avec Mon roi, dont le risque avéré est moins la démagogie que l’inintérêt. Aussi succinct soit-il, ce résumé contient à peu près l’intégralité de l’intrigue. Mon Roi : La critique. Pour caractériser mon personnage, disons tout d’abord que ses origines sociales modestes et sa très grande culture le singularisent à la cour. En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte. Ils se marient et ont beaucoup d'enfants. Pour soutenir le travail de toute une rédaction, nous vous proposons de vous abonner. Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette). Les acteurs du film; ... a écrit une lettre poignante en réponse à la tribune publiée dans Le Monde qui prônait la liberté d’importuner. Retour de Maïwenn en compétition cannoise, après le succès, et pour certains, l’hostilité foncière, qu’y avait rencontré, en 2011, Polisse. Lecture du Monde en cours sur un autre appareil. Sans recul, Maïwenn traque les humeurs, les cris et les pleurs d’un couple en crise continue. Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil. Il faut croire que le studio Disney a pris au mot la philosophie du Roi Lion, le film original de 1994 de Rob Minkoff et Roger Allers : les choses et les gens naissent, grandissent et meurent pour retourner à la terre et tout recommencer sous une autre forme. Retrouvez les 209 critiques et avis pour le film Le Roi, réalisé par David Michôd avec Timothée Chalamet, Robert Pattinson, Ben Mendelsohn. Parce que le sujet vous fascine et que vous avez peur de ne pas en sortir indemne. Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois. A l’instar de Polisse, Mon Roi alterne des moments très durs et des scènes de franche rigolade. « Les crimes du colonialisme et de la guerre d’Algérie doivent être reconnus, non par “repentance” mais par souci de vérité », « Galvauder la notion de désobéissance civile, c’est l’exposer à toutes les récupérations », « Les relations commerciales entre l’Allemagne et le Royaume-Uni pâtissent de l’impact du Brexit », Mario Draghi, le pari politique de l’Italie, George Smiley, le « mentor secret » de John le Carré, « Wara », sur TV5 Monde : une saga politique sur fond de mélodrame, Jean-Louis Aubert : « Je voulais faire de la musique pour déranger les adultes », Y a-t-il une ministre dans l’avion : c’est peut-être un détail pour vous…, McKinsey, un cabinet dans les pas d’Emmanuel Macron, S’aimer comme on se quitte : « Il mettait des paillettes dans ma vie, c’était ma seule perspective positive », Le chou-fleur rôti : la recette de Lelio Stettin et Tania Grawitz. Il y a des films que vous hésitez à voir. Ainsi Mon roi est tout autant le récit d’un amour que celui d’un affrontement. Le film Mon Roi a reçu une récompense au Festival de Cannes en 2015 : le Prix d’interprétation féminine pour Emmanuelle Bercot. Une ouverture qui pose d’emblée le ton et les enjeux avec efficacité, … Le vaccin contre le Covid-19 va-t-il nous sauver rapidement de l’épidémie ? Les vaccins à ARN messager contre le Covid-19 risquent-ils de modifier votre ADN ? < 2. Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante. Sur le Web : www.studiocanal.fr/cid34416/mon-roi.html. 19 octobre 2015 19 novembre 2020. Le roi choisit sa reine. Mon Roi : La critique. Ce dernier restera connecté avec ce compte. Ce dernier restera connecté avec ce compte. l’acteur excelle dans un jeu vicieux et dynamique où il donne comme toujours, le meilleur de lui. Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Se connecter. Pas peur non plus de la psychologie de comptoir. Un résultat renforcé par la grande précarité des rôles secondaires (Louis Garrel en frère pince-sans-rire de l’affligée, Isild Le Besco, actrice pourtant si admirable, en petite amie décorative de ce dernier), voire de l’intrigue parallèle inconsistante, qui rapproche Tony, avocate parisienne en perdition, d’une bande de jeunes sportifs issus des cités dans son centre de rééducation. Ce type, bourré de charme, est pourtant un flambeur, un manipulateur, un menteur et un infidèle notoire, qui brûle sa vie par les deux bouts. Soit Tony, une avocate quadragénaire (Emmanuelle Bercot), qui tombe tardivement et passionnément amoureuse d’un mâle restaurateur (Vincent Cassel), avec lequel elle va fonder un foyer et avoir un enfant. Pour soutenir le travail de toute une rédaction, nous vous proposons de vous abonner. La première, le temps présent, qui voit Tony (Emmanuelle Bercot), femme brisée après un accident de ski, qui … Sortie le 21 octobre. Le vaccin contre le Covid-19 va-t-il nous sauver rapidement de l’épidémie ? On sait le talent de Maïwenn pour diriger ses interprètes. Sélection officielle – en compétition. Votre avis sur nos contenus nous intéresse. Déjà abonné ? Il y a un malentendu autour de Maïwenn, réalisatrice qui divise en général la critique, moins le public (voir le succès de Polisse). 29 septembre 2015 19 novembre 2020. Avocat associé du cabinet Melville Avocats. Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h. Avocat associé du cabinet Melville Avocats. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement. Mon roi, un film de Maïwenn | Synopsis : Tony est admise dans un centre de rééducation après une grave chute de ski. Maître de conférences à l’université Paris-III-Sorbonne-Nouvelle, Publié le 15 octobre 2015 à 18h11 - Mis à jour le 20 octobre 2015 à 09h35, Paroles d’entrepreneurs, au cœur des territoires, « Mon roi » : Maïwenn, reine de la scie dramaturgique, Cultura : livraison offerte dès 35€ d'achats, Code promo Amazon : -30% sur une vaste sélection d'articles, Code promo Canal Plus : -10% sur le Pack L'intégrale, Son-video.com : livraison gratuite dès 50€ d'achats, Code promo Apple : -20% sur une sélection d'iPhones reconditionnés, Netflix : profitez du 1er mois d'abonnement gratuit. STUDIOCANAL. Ce message s’affichera sur l’autre appareil. En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte. Jetée sur un grand écran avec un goût de l’effusion spectaculaire inversement proportionnel à celui de la réflexion artistique, il vaut mieux à tout prendre que la réalisatrice s’intéresse à une histoire intime qu’au dossier de la pédophilie. Mon roi nous entraîne dans un grand huit amoureux tumultueux dont on ressort fracassé, le coeur en miettes. Comme l'héroïne de Mon Roi, ce despote affectif nous a eue d'une oeillade, d'un sourire.Dans son regard, nous nous étions vue désirable. Le Roi est le deuxième film de David Michôd à être distribué par Netflix. L’avis du « Monde » – on peut éviter. Dans une boîte de nuit, Georgio, charismatique gaillard affichant tous les signes extérieurs de virilité et de richesse matérielle, arrose sa tablée de champagne en dansant pour être vu. Non. Avec ce thème de prédilection qu’est le désir fourvoyé, l’aliénation amoureuse, la destruction par la chair et l’esprit de l’objet aimé. En savoir plus : Mon Roi est diffusé sur ARTE et en streaming sur Arte.tv le mercredi 18 novembre 2020 à 20h55, puis le … Les vaccins à ARN messager contre le Covid-19 risquent-ils de modifier votre ADN ? "Le Monde" aurait été censuré ce mardi au Maroc, en raison d'un éditorial très critique envers Mohammed VI, Roi du Maroc, intitulé "Le dangereux faux-pas du roi du Maroc", revenant sur l'affaire de la grâce royale accordée au pédophile espagnol Daniel Galvan, condamné à 30 ans de prison au Maroc pour avoir violé 11 enfants. Mon Roi c’est le personnage de Vincent Cassel en roi dangereux. Il tape dans l’œil de Tony, qui le suit chez lui pour un petit déjeuner qui en appellera d’autres, bientôt une vie commune, et un enfant. Tout le film Mon Roi est construit en flashback, qui sont autant de souvenirs issus de la mémoire de Tony, ponctués par des retours au « présent », dans le centre de rééducation. Troisième long-métrage de Maïwenn, Mon roi … Vous ignorez qui est l’autre personne ? Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil. Il vous reste 7.14% de cet article à lire. Pourtant, dans Mon Roi, et comme toujours chez Maïwenn, il… Critique Mon Roi . “Mon roi” runs well over two hours, and though it may seem to linger unnecessarily on certain scenes, rest assured, it has all been carefully … Votre avis sur nos contenus nous intéresse. Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois. Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ? Mais sa caméra instinctive, intrusive, traqueuse de pulsions, renifleuse d’humeurs, ne déploie véritablement ses pouvoirs qu’à partir de la scène du coup de foudre. Mon roi perturbe et secoue et finalement l'on n’en attendait pas moins de la brillante Maïwenn. Le photocall de "Mon Roi" Après la rigolade, la dégringolade Si ce titre n’avait pas été déjà pris par Mark Robson en 1956, Maïwenn aurait pu intituler son film « … Pourquoi Alexeï Navalny dérange le pouvoir russe. Lecture du Monde en cours sur un autre appareil. Découvrez les 32 critiques de journaux et des revues spécialisées pour le film Mon Roi réalisé par Maïwenn avec Vincent Cassel, Emmanuelle Bercot, Louis Garrel, Isild Le Besco. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement. Lire également notre interview de Maïwenn.. Dimanche 17 mai, le 68 e Festival de Cannes voyait monter Maïwenn et son équipe sur les marches du Palais des festivals. Le film est néanmoins beaucoup plus intimiste, à la fois drôle et triste, parcouru d’indénombrables fulgurances et d’instants précieux, à commencer par cette rencontre hilarante en boîte de nuit entre Giorgio et Tony. Emmanuelle Bercot, impliquée corps et âme dans les rires, les cris et … Le choix de transposer ce drame shakespearien dense vaut cette durée. La perspective de retrouver Jon Favreau aprèsLe … Version Cinéma sortie le 21/10/2015. C’est donc, encore une fois, l’approche épidermique de ce cinéma, son hystérisation permanente, et à la longue fatigante, des rapports humains, sa façon d’imputer à tous les moments de bonheur un indice de perversion sadique ou victimaire, qui finit par nuire à un traitement inspiré du sujet. Histoire, comme on le voit, de toujours et de partout, histoire d’autant plus compliquée à rendre singulière, et dont le seul critère discriminant est, par voie de conséquence, la mise en scène. Pourquoi pas. Et si c'était enfin le … La suite est réservée aux abonnés. Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ? Le résultat est là et on s'entiche de ce couple qui s'aime et se déchire. C'est long, mais c'est bon.